Consigne : vider son sac sans s'épancher

Publié le par traquetraces.over-blog.com

Chose entendue souvent :  Ecrire, c'est vouloir laisser une trace. Mettons que ce soit vrai. Mais on voudrait en laisser une, en fait on en laisse beaucoup plus. D'ailleurs sans écrire on laisse quand même beaucoup de traces. Donc écrire, c'est quoi, dans cette histoire de traces? Ajouter quelque chose de plus à ce qui de la vie s'écrit tout seul, peut-être. En fait,  ce qui se joue dans écrire, c'est peut-être moins l'idée de la trace que l'idée de savoir laisser quelque chose derrière soi. Le laisser, parce qu’à avancer trop chargé on n’avance pas bien loin, pas bien vite. Le laisser aussi pour que d’autres le trouvent : tout un matériau disponible à l'énigme, à l'interprétation. Mais laisser n'est pas perdre, n'est pas donner non plus. Laisser, c'est justement faire qu'on puisse revenir, rechercher et retrouver ce qu'on avait laissé. Laisser, c'est faire qu'il existe, pour l'autre, quelque chose à prendre. Une liberté à exercer des deux côtés, celui qui laisse ne se dépossède pas complètement, celui qui trouve en fait ce qu'il veut.
- Deuxième chose entendue : Ecrire c’est une histoire d’émotions, de trop-plein, de tripes sur la table. Ecrire, c’est vider son sac. 
Mais alors, si on dit tout de qu'on ressent, de ce qu'on vit, quelle place pour l'énigme, pour l'interprétation? Quelle place pour l'autre? Et quelle possibilité pour soi-même d'aller reprendre ensuite ce qui s'avère précieux pour soi-même?
Nous laissons des traces, nos traces parlent de nous, avons-nous besoin d'en rajouter encore? On pourrait plutôt parler des traces que nous laissons de nous-mêmes, plutôt parler de cela que de nous-mêmes. Comment approcher l'idée qu'on peut vider son sac sans s'épancher : en vidant son sac littéralement. Faire comme si c’était quelqu’un d’autre qui trouvait tout cela, et qu’il devait en faire l’inventaire.


Consigne d’écriture :
vider son sac sur la table, faire une liste précise des objets ainsi récoltés à un instant t

  Retrouver bientôt ici les textes produits

 

Commenter cet article